Histoire

TIRES DES ARCHIVES DE LA SOUS-PREFECTURE
DE BERNAY LE 20 SEPTEMBRE 2007

(et complétés par un petit livre attribué à Melle de Dumandolx, dédié au R.P. J. de Maistre)

histoire 1L’association « Le Repos pour les jeunes Parisiennes » ( et non pas« ... pour les Jeunes Ouvrières Parisiennes » comme cela est mentionné sur la carte postale du début du XXème siècle illustrant l’arrivée à Beaumesnil des jeunes pensionnaires ) a été fondée à Paris en 1906 par le R.P. Joseph de Maistre ( 1861-1931 ) ; elle a été déclarée auprès de la Préfecture de le Seine et a eu une reconnaissance légale en 1913 sous le numéro 1751.

Le siège de l’association est alors au 36, rue du Montparnasse, Paris 14ème.

Le but de l’association est d’offrir auprès des jeunes filles ouvrières ou employées :

    • Principalement : un séjour à la campagne en cas de fatigue ou de chômagehistoire 2
    • Secondairement : un abri respectable, salubre et économique.
    • Les moyens dont dispose l’association sont :

      • Un établissement de repos à Beaumesnil, propriété depuis 1906 du R.P. Joseph de Maistre, qui l’a reçue cette même année de son frère, le Chanoine Raphaël de Maistre; des terrains adjacents sont achetés au début des années 1910 par le R.P. Joseph,
      • Trois Foyers et Restaurants Féminins, initialement fondés par le R.P. du Lac de Fugères, décédé en 1909, joints à l’association à partir de 1910, et situés à Paris :

      • 36, rue du Montparnasse, Paris 14ème 
      • 23 et 25, rue de Valois, dans le 1er arrondissement
      • 35, boulevard des Capucines, dans le 2ème
      •  
        Image 1
      Ces foyers furent très actifs pendant la Grande Guerre, à cause du nombre important des femmes amenées à travailler.
      Jusqu’en 1914, trois mille jeunes filles avaient été accueillies dans l’Eure, depuis la fondation.

      Il a été trouvé trace d’une implantation à Saint-Germer-de-Fly ( Oise ), telle que mentionnée sur la carte postale déjà citée, mais celle-ci à fait long feu. Sur cette carte postale figure le texte suivant qui relate la vocation de Beaumesnil : « Le Repos reçoit à toute époque de l’année les jeunes Parisiennes fatiguées ou en chômage, les rétablit promptement, remonte leur moral. N’admet pas celles qui sont atteintes de tuberculose ou autre maladie contagieuse. Pour s’inscrire : Melle Derebergne, 167, rue de Rennes Mardi midi à 5 heures. »

      Vers 1919, le budget de l’exercice écoulé était de 340 000 francs et l’actif de l’association évalué à 250 000 francs.

      L’association recevait une subvention de la Ville de Paris et elle a reçu une distinction et un prix, de l’Académie française en 1910 et en 1925 ( un Prix de Vertu )

      Après une délibération de l’Assemblée Générale de l’association, le 8 Novembre 1920, visant la reconnaissance d’utilité publique, puis une délibération du Conseil municipal de la Ville de Paris le 18 Mars 1921, la Préfecture du département de la Seine notifie la reconnaissance d’utilité publique le 28 Avril 1921, confirmée par décret du 2 Juillet 1921.

      Peu de temps après, l’adresse du siège de l’association a été transférée au 35, boulevard des Capucines.

      En 1933, le 22 Juillet, sont inaugurés les nouveaux locaux de ce qui devient un préventorium.

      Le 19 Mai 1936, le Ministre de l’Intérieur autorise l’association à acquérir un immeuble sis au 21, rue du Cherche Midi à Paris. Celui-ci sera acquis pour 650 000 francs, grâce à 85 000 francs de fonds propres conservés par la Caisse des Dépôts, et à des prêts consentis par des membres de l’association, dont MM. Gindre et Chêne, industriels, le Dr Louis Brémond, qui prêtèrent chacun 50 000 francs.

      Le 29 Mars 1941, l’Amiral de la Flotte, ministre secrétaire d’Etat à l’Intérieur, rappelle à Madame la présidente de l’association, par un courrier émis de Vichy, que l’acquisition d’un immeuble à Beaumesnil (Eure ) doit être soumise à l’autorisation du Gouvernement. La présidente est peut-être Mademoiselle S. Brémond, sœur du Dr. On ne sait pas de quel immeuble il peut s’agir, pour le moment.

      Le siège social de l’association est transféré en Mai 1948, du boulevard des Capucines au 21, rue du Cherche-Midi.

      Les statuts modifiés sont approuvés par décret du 12 Mars 1962 et à cette occasion l’association change de « titre » ( selon la terminologie administrative ) et devient « Le Repos » Il s’agit maintenant, depuis 1960, d’un Institut Médico-Educatif qui sera complété en 1982 par un Institut Médico-Professionnel.

      Le changement de siège social a fait l’objet d’un arrêté ministériel du 15 Avril 1985 ( J.O. du 05 06 1985, page 6218 ) du 21, rue du Cherche-Midi au 13, rue du Château à Beaumesnil.

      La mention manuscrite suivante figure sur une cote du dossier d’archive de la S-P « Tout le dossier de l’association a été envoyé par la Préfecture de Paris le 18 Juin 1985 et a été adressé à la Sous-Préfecture de Bernay le 20 Juin 1985 » Tout ceci sans doute, faisant suite à la scission opérée entre Paris et Beaumesnil, dont aucune trace n’est perceptible dans les documents compulsés.

      Le changement de titre de l’association « Le Repos » devenant « L’Association R.P. de Maistre », résulte d’une décision prise en Assemblée Générale Extraordinaire tenue le 16 Décembre 1998 et traduite dans les nouveaux statuts déposés le 11 Juin 1999 à la Sous-Préfecture.

      La première évocation du projet de résidence pour personnes handicapées vieillissantes ( RPHV ) apparaît dans les documents archivés concernant l’AGO du 7 Novembre 1997.